Aller au contenu
Accueil » Salomon Ultra Glide

Salomon Ultra Glide

Il y a un an, Salomon sort la ‘Ultra Glide’, une chaussure conçue pour la longue distance avec une semelle plus aérienne et un meilleur confort sur la durée. Un design rehaussé par rapport aux autres modèles de la marque et qui sort du commun. 

L’Ultra-Glide était prévue pour l’été 2021, le manque de matières premières a finalement raréfié la disponibilité du modèle…
C’est finalement en début d’année que j’ai pu mettre les pieds dans une paire de Salomon ‘Ultra Glide’ et après quelques mois d’utilisation, je te donne mes premières impressions.

L'Ultra Glide

Ce modèle est l’un des premiers avec des semelles aussi conséquentes chez Salomon. Il y a eu la Sense pro max qui avait une semelle de 30 millimètres. L’Ultra Glide est plus haute avec une hauteur de profil du talon à 38 millimètres. Cette hauteur permet d’avoir une chaussure avec une bonne amortie.

C’est la mousse Energy Surge qui est sous le pied et offre une amortie longue durée et un retour d’énergie pour augmenter le dynamisme de la chaussure.

L’Ultra Glide, c’est du confort, une bonne amortie pour la distance ; tout en faisant une chaussure dynamique.

Concernant le fit, l’avant du pied est plus large que ce que Salomon propose d’habitude. La largeur de la toebox est standard, ce qui permet aux d’ultra-Traileurs de conserver leurs orteils après la course. 

Un bel avantage quand on sait que c’est souvent le reproche des actuels chaussures d’ultra de Salomon; à savoir le manque de confort lorsque les pieds ne sont pas aussi bien préparés que les coureurs élites. 

 Enfin, le modèle ultra a un drop de 6 mm. Cette mesure modérée garantit un modèle dynamique et confortable, un vrai compromis entre le traditionnel 8 millimètres et le très dynamique et réactif 4 millimètres.

Fiche Technique

Sur le terrain

Il est temps de passer maintenant au test terrain, le plus important finalement. 

Depuis début janvier, j’ai testé les ‘Ultra Glide’ sur différents terrains et différentes distances. La météo étant plutôt compliquée en ce début d’année, je n’ai malheureusement pas pu les tester sur un terrain sec. Mon présent avis est donc un premier point de vue que je compte bien affiner avec le printemps qui arrive.

Au premier coup d’œil, je dois dire que Salomon a fait fort avec les différents designs de l’’Ultra Glide’. Perso, tout n’est pas à garder au niveau des couleurs (surtout le vert fluo). J’ai eu le modèle gris avec les semelles jaune fluo, superbes. Elles ne sont malheureusement pas restées propres très longtemps… juste le temps de faire quelques photos… En même temps, elles sont faites pour être utilisées.

Mon impression en les enfilant était le confort du chausson. On parle parfois de l’effet pantoufles de certains modèles de la marque hoka, ici, c’est un peu cette impression que j’ai eue. Le pied bien maintenu et une chaussure sur un coussin d’air. Le laçage est parfait avec le QuickLace, que je trouve toutefois un peu trop long.

Je suis plus haut… Je ne cache pas que mes premières craintes étaient surtout de me torde la cheville au moindre petit caillou vu les 38 millimètres. Finalement après une petite centaine de kilomètres, rien à déclarer, c’est plutôt une appréhension, mais on s’y fait très vite. 

Cette chaussure Vole ! Mes premières sorties me donnent une réelle impression de légèreté et de vivacité. Le rebond est dynamique et elle se fait très rapidement oublier. Cette impression est due à ce qu’on appelle le ‘Rocker’, nom que l’on donne à ce design à bascule très caractéristique des chaussures de route. C’est une semelle arrondie d’avant en arrière qui facilite le déroulé du pied.  Je dois dire que j’ai fait d’étonnants chronos sur des distances de 10 ou 15 km. Elle n’est donc vraiment pas exclusive aux (très) longues distances.

Je n’ai malheureusement pas pu courir sur des sentiers secs et c’est là que j’ai découvert ses limites.
Elle n’est pas faite pour les chemins boueux, elle n’adhère pas assez avec ses petits crampons. On va vite glisser dans les descentes et patiner sur les sentiers. Une autre limite a été son adhérence sur les cailloux humides où ça part très vite en glissade…
Elle sera beaucoup plus adaptée sur les sentiers secs ou légèrement humides et moins techniques. Du point de vue stabilité, je n’ai pas eu de pertes, elle est plutôt précise, mais n’ira clairement pas dans les cailloux de Belledonne.

C’est finalement pour moi une chaussure assez polyvalente.  Elle peut autant servir aux courses sur des 5 ou 10 km sur lesquels on souhaite faire un chrono,  mais aussi ce pourquoi elle est faite, les ultras! Il faudra néanmoins voir l’usure de la semelle sur le long terme…
Même si j’ai eu quelques points de pressions au niveau du haut de la chaussure, cela m’est propre car un pied n’est pas l’autre, je la trouve néanmoins très confortable. C’est avec plaisir que je la chausse pour sortir courir, vivement le beau temps !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *